Tout est si fragile.

Garder une propre trace de ses pensées […]

Différente.

"Suis-je [...] ?" Je l'ai reçu cet appel. Enfin ! Sincèrement je n'y croyais plus, j'ai cette sensation étrange d'avoir attendu des semaines... Mais ça y est, c'est peut être le début de quelque chose de nouveau, c'est peut être ce dont j'avais besoin. J'ai hésité lorsque j'ai vu ce numéro inconnu apparaître sur mon téléphone, car pour moi un numéro que je ne connais pas est toujours synonyme de problème mais je me suis décidée. Rien n'est encore acquis, mais il faut bien commencer quelque part. Aussi, je viens de passer une soirée avec mes collègues et leurs amies, et (...)

Sois belle et tais toi.

"[...] Et il a dit que j'étais la meilleure !" Pourquoi est-ce que cela me bouleverse à ce point-là ? Je crois que je te comprend mieux Luna, vis-à-vis de ta relation avec I. Ma collègue a toujours quelque chose d'extraordinaire à raconter, ma vie semble si fade à côté de la sienne. Elle sort, profite de chaque instant, elle me conte sans cesse ses aventures et rencontres. Mais il y a quelque chose que je ne remet pas du tout en doute : Mon travail. Depuis presque 3 ans je m'implique corps et âme dans mon métier, quitte à en faire beaucoup trop. Alors entendre cette phrase dans (...)

Réflexions#46

[...] A l'instant où j'ai fermé la porte je me suis sentie à nouveau envahie par toutes ces pensées qui m'ont submergées aujourd'hui. Et pourtant j'ai passé un très bon moment avec Luna... Je m'en veux parce que ces idées noires ont presque été perçues, et je ne veux en aucun cas laisser transparaître quoi que ce soit. Parfois j'ai cette impression de ne dévoiler qu'une infime partie de moi. Par timidité ? Par peur de déranger ? Qu'importe... Je suis véritablement à l'aise seulement avec une poignée de personne... Par où commencer ? Tout d'abord cet appel de ma (...)

"On Melancholy Hill [...]"

"Up on Melancholy Hill There's a plastic tree. Are you here with me? Just looking out on the day Of another dream Well you can't get what you want But you can get me. So let's set out to sea 'Cause you are my medicine When you're close to me When you're close to me So calling all submarines 'Round the world we'll go. Does anybody know, love If we're looking out on the day Of another dream ? If you can't get what you want Then come with me. Up on Melancholy Hill Sits a manatee Just looking out on the day When you're close to me [...]" Ce soir tout me revient en tête. Cet air est m'est (...)

Quatre ans ~

"-La page est tournée !" En es-tu si sûre ? Ce matin semblait si différent et si banal à la fois. En avant. (...)

Réflexions#45

"Quand la journée a été mauvaise, s'interroger alors : Étaient-ce les événements ou la réponse que je leur ai donné qui ont déterminé le cours des choses ?" Il m'arrive souvent de penser à cela. Ne sommes-nous pas pleinement responsable de nos choix ou de la situation dans laquelle nous sommes ? Il y a des aléas, c'est vrai, mais j'en ai assez de jeter la pierre sur les autres. Il faut que je me réveille. Pour commencer, être plus honnête. Envers les autres et envers moi-même. Extérioriser mes pensées les plus profondes peut peut être m'ouvrir quelques portes, ne serait-ce (...)

... ~

Dis, est-ce que tu penses à moi parfois ? (...)

Réflexions#44

"Alors ce permis ?! [...]" Pourquoi est-ce toujours difficile de les voir ? Pourquoi est-ce que je repars à chaque fois le cœur serré ? J va bientôt partir, et lorsque je lui ai fais mon dernier bisou la réalité m'a sauté à la gorge. Mince, je le reverrai peut être plus. Je ne me voile pas la face, j'ai quand même un doute sur l'éventualité de son retour... C'est sa contrée. Toute sa famille est là-bas. C'est là haut qu'elle se sent le mieux. Si j'étais à sa place, aurais-je le courage de revenir en arrière ? Comme je la comprend. Du coup une autre pensée foudroyante m'a (...)

Réflexions#43

Pensée du 326ème soir : 22 Novembre Âme d'enfant, Savoir garder une âme d'enfant pour conserver une capacité d'émerveillement et d'enthousiasme. Cette pensée-ci m'a fait sourire. La période de Noel approche à grand pas, et je retrouve cette joie et toute cette impatience qui me fait tellement chaud au cœur. Il était temps. (...)

Dream of [...]

Red Hot Chili Peppers - Californication Ce soir je suis loin. J'ai décidé de jeter un coup d’œil en arrière, et je n'y ai vu que les bonnes choses. C'est agréable, ça change. Transportée, le retour risque d'être brutal. (...)

Perdu [...]

“Lire un livre sous un arbre en double le plaisir. On ne sait plus si on tourne les pages ou si on feuillette l'arbre.” Celui-ci m'a toujours fasciné, attiré. Seul, perdu au milieu d'un champs qui s'étend à perte de vue. Et pourtant il est toujours là. Quelque chose m'apaise, à chaque fois que je le vois. Il est à des centaines de kilomètres de chez moi, mais à chaque fois que j'en ai l'occasion, je m'arrête pour le contempler. Je vois en lui une métaphore, à la fois belle et triste. Je sais bien que dans le fond ce n'est qu'un arbre, mais aussi banal soit-il, je le (...)

[...]

"Corbeille [...]" "Autrefois, moi l'effrayé, l'ignorant, vivant à peine, me couvrant d'images les yeux, j'ai prétendu guider mourants et morts. Moi, poète abrité, épargné, souffrant à peine, aller tracer des routes jusque-là ! A présent, lampe soufflée, main plus errante, qui tremble, je recommence lentement ans l'air." Ces mots m'apaisent. A l'instant même, tout ce bordel cesse. Il faut que je me rende à l'évidence, je ne sais pas ce que je veux. Et quand j'affirme cela, je parle de manière globale. Il manque quelque chose, je le sens, je le sais. Mais qu'est-ce que (...)

De la joie dans une tartine.

"Après l'histoire des beignets, celle des tartines [...]" Ce matin je suis sereine. Pour commencer je me suis réveillée sans aucune alarme de réveil stridente, et rien que cela, c'est déjà merveilleux en soi ! Ensuite je me suis préparé des tartines comme le faisait ma mère tous les dimanches matin, suivie d'une bonne tasse de thé et enfin, j'ai savouré le tout face à ma fenêtre, en admirant le ciel bleu et ce soleil si particulier d'hiver. Whouaou, que de joie dès le petit déjeuner ! J'ai dis cela avec une touche d'ironie mais honnêtement, j'ai besoin de ce genre de (...)

"Easy"

"Easy [...]" Et voilà, c'est la reprise. Je crois que je ne vais pas m'attarder là dessus, mais j'ai eu cette envie soudaine de l'écrire, comme pour me faire prendre conscience de cette réalité qui m'agresse à nouveau. Enfin bref. La semaine prochaine j'aurais de nouvelles responsabilités, en plus de celles que l'on me donnait déjà. C'est étrange à définir, mais je suis satisfaite et dégoûtée à la fois. Ravie, parce que j'apprécie le fait que l'on me fasse confiance, surtout quand il s'agit de boulot, je trouve cela gratifiant mais... Une fois de plus j'ai ce sentiment que (...)

Champs d'oliviers [...]

"Encore et encore [...]" Les champs d'oliviers défilent depuis tout à l'heure, et je ne cesse de les regarder. Comme c'est bon de retourner aux sources. Depuis ces deux derniers jours, je savoure en silence des paysages grandioses : les champs à perte de vue, les rivières et les cascades d'une clarté à s'en éblouir les yeux, puis ce ciel azur de carte postale avec une légère brise histoire de rendre l'atmosphère moins étouffante. C'est exquis. Je ne sais pas si c'est le fait de m'être éloignée de ma ville "natale", mais je me sens resourcée. Sereine et pleine de quiétude. (...)

J-1 [...]

Nate Ruess - Nothing Without Love J'étais à deux doigts de publier cet article plein de haine vis-à-vis de mon anniversaire, mais j'ai changé d'avis. Car ces derniers jours je me suis fais une promesse. Je me suis promis d'arrêter de m'empêcher de vivre. Il est vrai que depuis deux ans maintenant, à cause de mon travail et de mes horaires matinales, j'ai raté beaucoup d’événements plus ou moins importants. J'ai toujours essayé de faire du mieux que je pouvais pour satisfaire ma famille, mon conjoint et mes ami(e)s. Mais ai-je vraiment pensé à moi ? Je suis sans cesse en (...)

Pardon [...]

"Le pardon. Le premier pas est le plus difficile." Je te demande pardon. Je sais que cela ne sera pas facile, je sais que cela prendra du temps avant que tu ne me fasses entièrement confiance, mais je serai patiente. Je te prouverai à quel point je tiens à toi, parce que j'ai cette impression que je suis arrivée à un stade où les mots ne suffisent plus. Et je te comprend. Tu es l'une des raisons qui me poussent à me lever le matin, c'est grâce à toi si je trouve le courage de me rendre au travail, même si j'ai la boule au ventre, c'est grâce à toi si je souris même si je n'en (...)

Histoire de beignet [...]

"Pas touche ! C'est pour la kermesse [...]" Hier après midi, j'ai eu comme un énorme flash, un souvenir d'enfance revenu de je ne sais où, clair et limpide, comme si cet événement s'était déroulé dans la semaine. Je me suis souvenue des délicieux beignets au sucre que ma mère nous faisait lorsque nous étions petit, et tous les bons moments associés à ses beignets sont revenus. La surprise en rentrant de l'école, les stratagèmes que mon frère et moi mettions au point afin d'en dérober un ou deux lorsque qu'elle avait le dos tourné, et tant d'autres choses qui me font sourire (...)

Coquelicot.

"Un coquelicot fané de refleurit jamais." "Parfois je suis dans l'incapacité de répondre. A cet instant précis je suis déjà partie loin, aussi loin que la pensée puisse me porter. Dans un premier temps je ne t'entend plus, puis je ne t'écoute plus. Tu n'existes plus. Je sais que j'aborde souvent ce sujet, mais j'ai besoin de venir l'exprimer ici. C'est ainsi que je fonctionne. Peut être qu'au delà de cet écran si blanc, d'autres vivent la même situation que la mienne. Je ne recherche ni réconfort, ni conseil, je suis tout simplement en quête d'un cœur plus serein. Une (...)

Masque.

"Et toi ? [...]" Je ne sais pas si je dois répondre. Peut être qu'au fil du temps je me suis mise à voir le mal partout. Je cherche la petite bête peut être ? Est-ce qu'il s'intéresse réellement à moi, à ce que je fais, à ce que je pense, où est-ce tout simplement pour me raconter ses dernières anecdotes et susciter en moi une réaction comme "C'est génial pour toi !" ou encore "Super, comme je t'envie !" ? Je n'en sais rien. Pourquoi est-ce que je continue ? Pourquoi est-ce que je n'avais jamais remarqué cet individualisme qui touche beaucoup de gens ? Pourquoi est-ce que (...)

Pour plus de lecture, consulter les archives : janvier 2013, février 2013, mars 2013, avril 2013, mai 2013, juin 2013, juillet 2013, août 2013, septembre 2013, octobre 2013, novembre 2013, décembre 2013, janvier 2014, février 2014, mars 2014, avril 2014, mai 2014, juin 2014, juillet 2014, août 2014, septembre 2014, octobre 2014, novembre 2014, décembre 2014, janvier 2015, février 2015, mars 2015, avril 2015, mai 2015, juin 2015, juillet 2015, août 2015, septembre 2015, octobre 2015, décembre 2015, janvier 2016, février 2016, mars 2016, avril 2016, mai 2016, juin 2016, juillet 2016, août 2016, septembre 2016, octobre 2016, novembre 2016, décembre 2016, janvier 2017, février 2017.