Tout est si fragile. https://michan.journalintime.com/ Garder une propre trace de ses pensées […] fr 2020-11-14T17:13:31+01:00 https://michan.journalintime.com/Peste-noire Peste noire [...] À force d'y penser, peut être l'ai-je fais apparaître ? 3 mois. C'est maintenant qu'elle le dit. "Pour la préserver" sans doute. Parce qu'elle a besoin d'être protégée évidemment. Du coup J a eu droit à son texto annuel qui commençait par : "Je t'envoie un message, une fois de plus [...]" Ce "Une fois de plus" est déjà de trop. Suivi d'un : "Je suis heureuse pour vous mais j'ai très mal [...]". Ah. Cela se complique déjà. S'en est suivi un flot de pleurnicheries, sans aucune excuse. Rien. Absolument rien. En fait je crois qu'elle n'a toujours pas compris. C'est drôle, À force d’y penser, peut être l’ai-je fais apparaître ?

3 mois.
C’est maintenant qu’elle le dit. "Pour la préserver" sans doute. Parce qu’elle a besoin d’être protégée évidemment.
Du coup J a eu droit à son texto annuel qui commençait par :

"Je t’envoie un message, une fois de plus [...]"

Ce "Une fois de plus" est déjà de trop.
Suivi d’un : "Je suis heureuse pour vous mais j’ai très mal [...]". Ah. Cela se complique déjà.
S’en est suivi un flot de pleurnicheries, sans aucune excuse. Rien. Absolument rien.
En fait je crois qu’elle n’a toujours pas compris.

C’est drôle, j’ai écris il y a quelques temps sur mes craintes vis-à-vis d’elle et de notre mariage, peut être ai-je vu juste ?

Peste [...]

]]>
2020-11-14T17:13:31+01:00
https://michan.journalintime.com/2020-10-24-16-24-42 [...] Dans le plus grand silence, je me demande le plus sérieusement du monde, si je ne me suis pas trompée. Dois-je faire un premier pas ? Dans le plus grand silence, je me demande le plus sérieusement du monde, si je ne me suis pas trompée.

Dois-je faire un premier pas ?

]]>
2020-10-24T16:24:42+02:00
https://michan.journalintime.com/2020-10-23-20-40-27 [...] Je ne sais pas pourquoi, mais ce soir je pense à elle. J'ai comme ce goût d'inachevé et cette rancœur permanente en bouche à chaque fois que j'y pense.À chaque fois que je repense à tout. J'ai cette peur terrible qu'elle gâche mon mariage. Tout ce qu'elle touche se transforme en drame. Très honnêtement je ne pense pas être capable de garder mon sang froid. Je n'y arrive plus. Je n'arrive plus à éprouver d'empathie ou de peine vis-à-vis d'elle. Quelque part elle m'a transformé en monstre. Je ne sourcille plus à l'annonce d'une nouvelle catastrophe.À quoi bon ? Il y aura Je ne sais pas pourquoi, mais ce soir je pense à elle.

J’ai comme ce goût d’inachevé et cette rancœur permanente en bouche à chaque fois que j’y pense.À chaque fois que je repense à tout.
J’ai cette peur terrible qu’elle gâche mon mariage. Tout ce qu’elle touche se transforme en drame. Très honnêtement je ne pense pas être capable de garder mon sang froid.

Je n’y arrive plus.

Je n’arrive plus à éprouver d’empathie ou de peine vis-à-vis d’elle. Quelque part elle m’a transformé en monstre. Je ne sourcille plus à l’annonce d’une nouvelle catastrophe.À quoi bon ? Il y aura pire la prochaine fois.

En fait ce monde m’épuise.
Bref.

Ceci n’est qu’un sombre nuage, une pensée éphémère. Il faut que je me recentre.

J’ai hâte de pouvoir lui dire oui une seconde fois.

]]>
2020-10-23T20:40:27+02:00
https://michan.journalintime.com/Gouter-partage Goûter partagé ~ "N" Je viens de passer l'après-midi avec N, et c'était merveilleux. Je ne savais plus où regarder tellement son shop est dingue. Cet endroit est bourré d'inspiration, où que se posait mon regard, je souriais. Tout est à son image. Elle me fait découvrir son univers et des choses auxquelles je n'avais jamais prêté attention jusqu'à présent. C'était très immersif, à chaque fois que l'on se voit elle me donne un second souffle, un élan dont j'ai terriblement besoin. Du coup en rentrant à la maison mes idées noires sont revenues. Je me demande ce que je peux lui apporter. "N"

Je viens de passer l’après-midi avec N, et c’était merveilleux. Je ne savais plus où regarder tellement son shop est dingue. Cet endroit est bourré d’inspiration, où que se posait mon regard, je souriais. Tout est à son image.

Elle me fait découvrir son univers et des choses auxquelles je n’avais jamais prêté attention jusqu’à présent. C’était très immersif, à chaque fois que l’on se voit elle me donne un second souffle, un élan dont j’ai terriblement besoin.

Du coup en rentrant à la maison mes idées noires sont revenues. Je me demande ce que je peux lui apporter.
C’est une femme active, qui se bat au quotidien avec sa maladie, une véritable guerrière qui m’inspire et me rappelle sans cesse qu’il ne faut jamais baisser les bras. Elle dégage une aura si puissante que j’en suis éblouie.
Mais sans le vouloir elle me met face à mes propres démons.

Qu’est-ce que je peux lui apporter ? Je ne suis en rien extraordinaire, avec un quotidien incroyable ou des anecdotes dingues. Du coup j’ai peur que cela se termine, qu’elle se rende compte qu’en réalité je suis juste une femme "simple". J’ai peur qu’elle me trouve ennuyeuse...
Et pourtant ces moments partagés sont vraiment bénéfiques, nos conversations sont intéressantes et profondes, j’ai dis des choses à voix haute que je n’avais jusqu’à présent jamais prononcées. Je ne sais pas quoi faire.

Elle incarne cette vague d’optimisme que j’attendais, cette claque dont j’ai tant besoin. Après je n’ai qu’à m’en prendre à moi-même, j’ai toujours dis que nous étions responsables de nos choix et actes.
Mais est-ce bien vrai ?

J’ai peur de te tirer vers le fond.

]]>
2020-09-16T20:12:34+02:00
https://michan.journalintime.com/HIMYM HIMYM "Bulle... [...]" Le 4 avril 2013, je parlais de la métaphore du parapluie. Et aujourd'hui j'y suis. Quand j'y pense je trouve cela incroyable, à quelques mois près je m'apprêtais à rencontrer mon futur mari. Mais ça, je ne le savais pas encore ! Je ne suis toujours pas redescendue de mon petit nuage, malgré les couacs qui se sont déjà présentés. Mon quotidien était déjà merveilleux auprès de lui, je ne pensais pas qu'il pouvait l'être encore plus. Tout est doux ~ "Mon mari ~" "Bulle… [...]"

Le 4 avril 2013, je parlais de la métaphore du parapluie. Et aujourd’hui j’y suis.
Quand j’y pense je trouve cela incroyable, à quelques mois près je m’apprêtais à rencontrer mon futur mari. Mais ça, je ne le savais pas encore !
Je ne suis toujours pas redescendue de mon petit nuage, malgré les couacs qui se sont déjà présentés.
Mon quotidien était déjà merveilleux auprès de lui, je ne pensais pas qu’il pouvait l’être encore plus.
Tout est doux ~

"Mon mari ~"

]]>
2020-08-25T17:46:00+02:00
https://michan.journalintime.com/Deboire-1 Déboire #1 Soirée difficile. Réveil difficile. Je savais qu'il y aurait des problèmes, mais pas aussi vite. D'où le titre, je pense que ce n'est que le début. Apparemment le fait de lui dire que je vais me marier ne lui fait ni chaud ni froid. Elle préfère parler du vent ou de son chien. Je n'ai pas pu en placer une, pourtant j'avais tellement de choses à lui raconter... Au final dans la soirée, prise d'une énorme colère, je décide de la rappeler, pour lui dire qu'elle m'a brisé le cœur. Elle s'est mise à pleurer, à en faire une crise d'angoisse. Et dans la foulée je suis allée la Soirée difficile.
Réveil difficile.

Je savais qu’il y aurait des problèmes, mais pas aussi vite. D’où le titre, je pense que ce n’est que le début.

Apparemment le fait de lui dire que je vais me marier ne lui fait ni chaud ni froid. Elle préfère parler du vent ou de son chien. Je n’ai pas pu en placer une, pourtant j’avais tellement de choses à lui raconter...
Au final dans la soirée, prise d’une énorme colère, je décide de la rappeler, pour lui dire qu’elle m’a brisé le cœur. Elle s’est mise à pleurer, à en faire une crise d’angoisse.
Et dans la foulée je suis allée la voir, pour savoir si elle allait bien et la consoler.

N’ai-je pas le droit d’être "égoïste" parfois ? Je voulais juste que tu sois heureuse pour moi.

Mais tu t’en fiche.

Tu m’as brisé le cœur.

]]>
2020-08-18T06:28:46+02:00
https://michan.journalintime.com/15-08-2020 15/08/2020 Le temps est comme suspendu. Plus rien d'autre n'existe, il n'y a que toi et moi [...] Le temps est comme suspendu. Plus rien d’autre n’existe, il n’y a que toi et moi [...]

]]>
2020-08-16T00:12:24+02:00
https://michan.journalintime.com/J J ~ Même si je ne le perds jamais de vue, parfois nous avons tendance à oublier toutes ces petites choses merveilleuses qui rendent notre quotidien plus beau. Lorsque j'ai entendu tes mots, mon cœur n'était que joie et tendresse. J'étais émue. Je crois que je m'en souviendrai très longtemps, pour ne pas dire toujours. Et sur ces belles paroles nous avons vu une étoile filante... ~ Même si je ne le perds jamais de vue, parfois nous avons tendance à oublier toutes ces petites choses merveilleuses qui rendent notre quotidien plus beau.
Lorsque j’ai entendu tes mots, mon cœur n’était que joie et tendresse. J’étais émue. Je crois que je m’en souviendrai très longtemps, pour ne pas dire toujours.

Et sur ces belles paroles nous avons vu une étoile filante… ~

]]>
2020-08-06T16:52:58+02:00
https://michan.journalintime.com/2020-06-24-22-00-14 [...] ~ Beaucoup de choses changent, j'ai l'impression que le monde entier a décidé d'avancer. Sauf moi. Une autre journée s'achève, comme toutes ces lumières en plein déclin. Je n'arrive pas à savoir si c'est une bonne ou mauvaise chose. J'ai envie de rester assise là, à contempler ce spectacle coloré jusqu'au noir absolu. Après tout, pourquoi tout risquer ? Rester sur ses acquis c'est jouer la sécurité. Ma zone de confort me convient, alors pourquoi je me sens incomplète ? La voiture continue de rouler, le crépuscule est à présent derrière.

Beaucoup de choses changent, j’ai l’impression que le monde entier a décidé d’avancer. Sauf moi.
Une autre journée s’achève, comme toutes ces lumières en plein déclin. Je n’arrive pas à savoir si c’est une bonne ou mauvaise chose.
J’ai envie de rester assise là, à contempler ce spectacle coloré jusqu’au noir absolu. Après tout, pourquoi tout risquer ?
Rester sur ses acquis c’est jouer la sécurité. Ma zone de confort me convient, alors pourquoi je me sens incomplète ?

La voiture continue de rouler, le crépuscule est à présent derrière.

]]>
2020-06-24T22:00:14+02:00
https://michan.journalintime.com/Taz Taz ~ [...] Avant-hier soir tu es partie. J'ai eu l'impression que j'allais étouffer, que ma poitrine allait exploser lorsque que je suis sortie du vétérinaire. J'entend encore ton cri... J'ai réalisé que c'était la première fois que j'étais confrontée à la mort, je veux dire concrètement. Juste, elle et moi. Mes habitudes sont toujours là, et je pleure à chaque fois que je réalise qu'en fait je n'aurais plus à le faire. J'ai été dégoûtée de certaines réactions, comme si ce n'était rien. Va en prendre un autre demain, ça comblera [...]" Sérieusement, qui dit ça ? [...]

Avant-hier soir tu es partie.
J’ai eu l’impression que j’allais étouffer, que ma poitrine allait exploser lorsque que je suis sortie du vétérinaire.
J’entend encore ton cri...

J’ai réalisé que c’était la première fois que j’étais confrontée à la mort, je veux dire concrètement. Juste, elle et moi.

Mes habitudes sont toujours là, et je pleure à chaque fois que je réalise qu’en fait je n’aurais plus à le faire.

J’ai été dégoûtée de certaines réactions, comme si ce n’était rien. Va en prendre un autre demain, ça comblera [...]"
Sérieusement, qui dit ça ?

Dans tout les cas, tu étais dans mes bras pour tes derniers instants, c’est ce qui compte.

Au revoir ma petite Taz [...]

]]>
2020-05-14T16:56:16+02:00
https://michan.journalintime.com/3r1q-Pensees-nocturnes Pensées nocturnes [...] Dans le silence absolu, je me demande à quoi tu penses. Parfois, en cachette, je perçois un léger sourire, qui disparaît presque lorsque je le devine, comme un secret. Tout est proche et loin à la fois. J'ai comme le sentiment que tu ne peux plus être toi-même depuis plusieurs semaines, et honnêtement je le comprend. Les nuits doivent être courtes, les journées compliquées. Je me demande à quoi tu penses. Dans le silence absolu, je me demande à quoi tu penses.

Parfois, en cachette, je perçois un léger sourire, qui disparaît presque lorsque je le devine, comme un secret.

Tout est proche et loin à la fois.

J’ai comme le sentiment que tu ne peux plus être toi-même depuis plusieurs semaines, et honnêtement je le comprend. Les nuits doivent être courtes, les journées compliquées.

Je me demande à quoi tu penses.

]]>
2020-04-29T00:12:36+02:00
https://michan.journalintime.com/2-mounths Deux mois [...] Voilà presque deux mois que je n'ai pas écris. C'est marrant, je pensais que mon quotidien était plutôt routinier, mais quand j'y pense, il s'est quand même passé pas mal de choses depuis ! Tout d'abord, nous sommes retournés en Haute-Savoie. J'ai pu revoir Annecy, cette ville qui m'avait tant manquée. Mais le retour à été difficile. J'ai l'impression que nos retours le sont de plus en plus. C'est de plus en plus compliqué de faire "face" à nouveau. D'autant plus que la reprise au boulot n'a pas été vraiment concluante. Je vais y venir. Elle est arrivée, ça y est. Ce Voilà presque deux mois que je n’ai pas écris. C’est marrant, je pensais que mon quotidien était plutôt routinier, mais quand j’y pense, il s’est quand même passé pas mal de choses depuis !

Tout d’abord, nous sommes retournés en Haute-Savoie. J’ai pu revoir Annecy, cette ville qui m’avait tant manquée.
Mais le retour à été difficile.
J’ai l’impression que nos retours le sont de plus en plus. C’est de plus en plus compliqué de faire "face" à nouveau. D’autant plus que la reprise au boulot n’a pas été vraiment concluante.

Je vais y venir.

Elle est arrivée, ça y est. Ce moment que je redoutais et bien… J’avais raison. C’est très difficile de travailler avec elle, a vrai dire je n’arrive pas à me projeter dans les prochains mois à ses côtés au magasin. En fait ce n’est pas envisageable. Le dernier mot est toujours pour elle, et malgré mes tentatives de rapprochements et de discutions, cela n’a mené à rien du tout. Elle ne me parle jamais, je sens bien que ma présence la dérange.
En fait tout est acquis ça y est, donc elle me marche dessus.
Je fais bonne figure, mais cela ne va pas durer longtemps. D’ailleurs je suis vraiment étonnée que mon collègue ne m’en ai pas parlé. Hum. Sans doute parce que le domaine privé et professionnel se mélangent dorénavant.

[...]

Aussi, et je pense que c’est important pour moi de l’écrire, j’ai enfin sauté le pas et je me suis offert ma tablette. Tout est revenu d’un seul coup, comme une passion éteinte depuis trop longtemps. Tout ça pour dire que je me fais plaisir, et que ça fait beaucoup de bien de s’y remettre. Je ne me projette pas trop pour l’instant, je dessine en fonction de mes envies et de ce qui me plaît.
De plus, pour bien commencer je vais devoir réaliser une affiche en partenariat avec la mairie de la commune voisine, je suis RAVIE. C’est un vrai plaisir, et peut-être une aubaine qui sait ?
Voilà, il fallait que je le note quelque part, c’est important.

Du coup je patiente en tapant du pied au magasin, c’est peut-être "mal" mais j’emporte ma tablette avec moi. J’ai l’impression d’être beaucoup plus productive ainsi, alors que personne n’ouvre les portes de la boutique. De toute manière ma place n’est pas ici, je le sais depuis bien longtemps.

Bref !

]]>
2020-03-10T16:19:00+01:00
https://michan.journalintime.com/3qad-Tout-est-si-fragile Tout est si fragile. Pas de prise de conscience sans esprit critique. Je suis asssise, là, dans un silence absolu, j'ai encore un millier de choses à faire et pourtant j'ai eu envie d'écrire. Aujourd'hui j'ai fais le bilan de cette année, et je ne sais pas quoi en penser. En fait je viens de me rendre compte que je ne me donne pas les moyens, que la sécurité du confort me convient, par peur de l'inconnu mais surtout de l'échec. Je n'ai plus envie de ça pour cette nouvelle année. Je suis comme gonflée à bloc, quelque chose vient de résonner en moi comme une évidence, et il est tout simplement hors Pas de prise de conscience sans esprit critique.

Je suis asssise, là, dans un silence absolu, j’ai encore un millier de choses à faire et pourtant j’ai eu envie d’écrire.
Aujourd’hui j’ai fais le bilan de cette année, et je ne sais pas quoi en penser. En fait je viens de me rendre compte que je ne me donne pas les moyens, que la sécurité du confort me convient, par peur de l’inconnu mais surtout de l’échec.

Je n’ai plus envie de ça pour cette nouvelle année.

Je suis comme gonflée à bloc, quelque chose vient de résonner en moi comme une évidence, et il est tout simplement hors de question de ne pas tenter ma chance à présent. Même si c’est un échec, au moins je pourrais affirmer la tête haute que j’aurais essayé.

Hier Luna a dit quelque chose qui m’a fait l’effet d’un électrochoc, et c’est à partir de ce moment-là que je n’ai pas arrêté d’y penser. Il faut y aller, même si ce n’est que du domaine du rêve pour le moment.

J’ai vraiment envie d’essayer. Tant pis je me lance, j’en ai marre d’attendre quelque chose que moi seule peut décrocher.

Soleil me reparle ces derniers temps. C’est assez déroutant, mais il m’a toujours inspiré. C’est un rêveur lui aussi, et quelque part je rêve à travers ses récits.
Mais je crois qu’au final ce n’est qu’une grosse connerie. Bref.

C’est le déclic.

]]>
2019-12-31T18:26:47+01:00
https://michan.journalintime.com/2019-11-27-17-19-17 [...] "Qui tient bon, l'emporte." Aujourd'hui j'ai tenu tête, je n'ai rien lâché. Je ne suis pas peu fière de moi, surtout que je me suis attaquée à un gros poisson. C'est sorti tout seul, et du coup j'ai enchaîné. Pas une seule fois je n'ai dis "pardon" ou Je suis désolée " et franchement ça fait du bien. Petit bémol, je n'ai pas eu d'excuses. Tant pis, je suppose qu'on ne peut pas tout avoir du premier coup. En tout cas je voulais l'écrire, pour me rappeler que je ne suis pas obligée de dire oui à tout, à chaque fois, à tout le monde. Que moi aussi j'ai des envies et des "Qui tient bon, l’emporte."

Aujourd’hui j’ai tenu tête, je n’ai rien lâché. Je ne suis pas peu fière de moi, surtout que je me suis attaquée à un gros poisson. C’est sorti tout seul, et du coup j’ai enchaîné. Pas une seule fois je n’ai dis "pardon" ou Je suis désolée " et franchement ça fait du bien.
Petit bémol, je n’ai pas eu d’excuses. Tant pis, je suppose qu’on ne peut pas tout avoir du premier coup.

En tout cas je voulais l’écrire, pour me rappeler que je ne suis pas obligée de dire oui à tout, à chaque fois, à tout le monde.
Que moi aussi j’ai des envies et des contraintes, que se plier au moindre caprice n’est pas une bonne chose pour elle, eux, comme pour moi.

C’est cool de s’affirmer en fait !

]]>
2019-11-27T17:19:17+01:00
https://michan.journalintime.com/2019-11-02-17-13-41 [...] Il y a deux jours tu m'as écris un long message qui m'a émue sur l'instant, mais que je perçois d'une toute autre manière aujourd'hui. Ce n'est pas recevable, pas de ta part du moins. Ce n'était rien d'autre qu'un message de pitié, et ça je ne le supporte plus. Je ne m'en étais pas rendue compte, cela m'a sauté aux yeux hier. Tu veux qu'on mange tous ensemble ce midi ? Il était 13h. En fait vous n'y avez jamais songé ? Et c'est déjà arrivé plusieurs fois. Je n'ai pas envie de rentrer dans les détails, mais je sais ce que j'affirme. Pour une fois. En fait je ne sais pas si Il y a deux jours tu m’as écris un long message qui m’a émue sur l’instant, mais que je perçois d’une toute autre manière aujourd’hui.
Ce n’est pas recevable, pas de ta part du moins. Ce n’était rien d’autre qu’un message de pitié, et ça je ne le supporte plus.
Je ne m’en étais pas rendue compte, cela m’a sauté aux yeux hier. Tu veux qu’on mange tous ensemble ce midi ?
Il était 13h. En fait vous n’y avez jamais songé ? Et c’est déjà arrivé plusieurs fois.
Je n’ai pas envie de rentrer dans les détails, mais je sais ce que j’affirme. Pour une fois.

En fait je ne sais pas si c’est voulu ou non, mais vous m’envoyez sans cesse votre pitié à la figure, comme si j’étais perdue à tout jamais. Et j’assimile tout ça, en me disant qu’ils ont peut être raison.
Ce n’est qu’hier que cela m’a frappé.

"Tu es contente d’être sortie ?"
"Tu vois on est tous ensemble aujourd’hui."
"Au moins tu auras pris l’air !"

Comme si on me jetait des miettes. Moi qui suis sans cesse à la recherche d’un moment où on peut être tous ensemble, comme si vous aviez tous une vie remplie où il est presque impossible de caser "Mélanie".
En fait j’en ai marre de leurs courir après. Rester presque un mois sans nouvelle c’est normal ? Très bien. Ce sera ma "normalité" dorénavant.

J’ai la haine ça y est.
Comme si j’étais une ratée.

]]>
2019-11-02T17:13:41+01:00
https://michan.journalintime.com/3pvf-Bienveillance-partagee Bienveillance partagée [...] "La bienveillance est, par excellence, la vertu d’un ami." D'un coup, comme ça, tu es venu me voir, le plus sérieusement du monde. "Tu vas bien en ce moment ?" Ta question m'a réellement surprise, et bête comme je suis j'ai répondu par une toute autre question : "Pourquoi ?" Avec le recul je trouve ça stupide car la réponse est évidente. Lorsque quelque chose ne nous intéresse pas, on ne s'y attarde pas, non ? Je dois accepter le fait que, parfois, on a réellement envie de m'écouter. Peut être que tu ne mesures pas toute l'ampleur que ta simple question a provoqué, mais "La bienveillance est, par excellence, la vertu d’un ami."

D’un coup, comme ça, tu es venu me voir, le plus sérieusement du monde.
"Tu vas bien en ce moment ?"
Ta question m’a réellement surprise, et bête comme je suis j’ai répondu par une toute autre question :

"Pourquoi ?"

Avec le recul je trouve ça stupide car la réponse est évidente. Lorsque quelque chose ne nous intéresse pas, on ne s’y attarde pas, non ?
Je dois accepter le fait que, parfois, on a réellement envie de m’écouter.

Peut être que tu ne mesures pas toute l’ampleur que ta simple question a provoqué, mais c’est une véritable vague de chaleur, une onde pleine de positivité qui m’a atteinte en plein coeur.
Rares sont les personnes qui me le demandent avec sincérité.

"[...] Parce qu’on se connaît très bien maintenant."

Ta manière d’aller à l’essentiel me fait rire et me fascine à la fois. Tout comme il y a deux semaines, ta question est sortie de nulle part.

En fait, je me demande comment tu as fait. Quels ont été les signaux ? Même si je m’ennuie un peu (beaucoup) au boulot c’est l’un des rares moments où je ne réfléchis pas trop alors… Comment est-ce possible ?

Du coup nous avons eu une longue conversation, profonde, qui avait du sens. C’était assez drôle de se livrer tout en gardant ses réserves.
J’ai appris que tu avais peur, que les nuits étaient courtes en ce moment. En fait, cela fait un moment que je m’en doutais, mais je n’osais pas te poser la question, pour le coup tu m’as devancé.

En fait, c’etait peut être toi qui avait besoin de discuter ?

Lorsque le mot "bienveillance" est évoqué, c’est à toi que je pense.

]]>
2019-10-26T17:01:00+02:00
https://michan.journalintime.com/2019-10-17-16-21-09 [...] "À chaque jour suffit sa peine." J'ai supprimé mon écrit d'hier. Beaucoup trop en contradiction avec aujourd'hui. En fait c'est n'importe quoi. Ce matin tu m'as annoncé cette nouvelle sans préambule, comme si il n'y avait pas de conséquences. Mais c'est une bonne chose pour toi c'est sûr. Je ne sais pas pourquoi j'ai dis que cela ne me posait pas de problème. Pourquoi j'ai dis ça ? Bien sûr que cela a de l'importance, c'est mon travail tout de même ! Je ne sais pas quoi faire. Quelque part cette annonce ressemble à une porte de sortie. Mais si jamais je l'ouvre, j'ai peur de "À chaque jour suffit sa peine."

J’ai supprimé mon écrit d’hier. Beaucoup trop en contradiction avec aujourd’hui. En fait c’est n’importe quoi.

Ce matin tu m’as annoncé cette nouvelle sans préambule, comme si il n’y avait pas de conséquences. Mais c’est une bonne chose pour toi c’est sûr.

Je ne sais pas pourquoi j’ai dis que cela ne me posait pas de problème. Pourquoi j’ai dis ça ? Bien sûr que cela a de l’importance, c’est mon travail tout de même !

Je ne sais pas quoi faire. Quelque part cette annonce ressemble à une porte de sortie. Mais si jamais je l’ouvre, j’ai peur de ne pas supporter une nouvelle fois ces mois d’errance.
Qu’est-ce que je dois faire ?

Je n’en ai parlé à personne aujourd’hui, en fait je ne sais même pas si je devrais le faire. À quoi bon ?

J’ai laissé passer quelques minutes, à observer le magasin. En fait je me demande ce que je fais vraiment ici. Peut être que je devrais prendre cette porte.
Je suis dégoutée. Je ne pensais pas que cela arriverait si vite, et surtout de cette manière.

Qu’est-ce que je dois faire ?

]]>
2019-10-17T16:21:09+02:00
https://michan.journalintime.com/Dilemme Dilemme. "L'aventure, c'est la fusion du dilemme." À ce moment-là je n'ai pas réfléchi. C'était trop beau, une occasion que je ne pouvais pas laisser passer. Je n'ai pas pensé à tout ce que cela pouvait impliquer. À peine une heure après, le téléphone sonne. Pour un entretien. Mon coeur palpite, je me met à exploser subitement de joie. Cela faisait très longtemps que je n'avais pas ressenti un tel bonheur sur le plan professionnel. Puis le doute. Cela implique de partir, pas longtemps certes, mais un peu quand même. Seule surtout. Mais ce n'est pas ça le problème. Il faut que "L’aventure, c’est la fusion du dilemme."

À ce moment-là je n’ai pas réfléchi. C’était trop beau, une occasion que je ne pouvais pas laisser passer. Je n’ai pas pensé à tout ce que cela pouvait impliquer.

À peine une heure après, le téléphone sonne. Pour un entretien. Mon coeur palpite, je me met à exploser subitement de joie. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas ressenti un tel bonheur sur le plan professionnel.

Puis le doute.

Cela implique de partir, pas longtemps certes, mais un peu quand même. Seule surtout.
Mais ce n’est pas ça le problème.

Il faut que j’en parle à mon employeur. C’est ça la partie difficile. Je ne suis pas sûre qu’ils me laissent partir. Ces derniers temps beaucoup de choses me gênent et j’ai l’impression que nos relations se sont dégradés. Impossible de savoir pourquoi mais les faits sont là.

Parfois je me raisonne et je me dis que ce n’est peut être pas une bonne idée.
Parfois je me hurle de foncer.

En fait, j’ai envie de le faire. Pour moi. C’était quand la dernière fois ? Impossible de m’en souvenir. En fait je crois que je n’ai jamais pris de décisions sans tenir compte des besoins des autres. Je n’ai jamais pensé à ce qui était bon pour moi. Et juste pour moi.
J’ai toujours fais machine arrière dès que cela affectait quelqu’un. Je ne rejette pas la faute sur les autres bien sûr, mais j’aurais pu penser à mon bien être parfois.

Cette fois-ci je suis sûre, sereine. C’est une merveilleuse expérience que j’ai envie de vivre.
Pas de regrets.

J’ai vraiment hâte mardi. Une étape à la fois.

]]>
2019-08-24T16:22:26+02:00
https://michan.journalintime.com/E E ~ "E ~" Aujourd'hui, peut être à cause de ce silence environnant, je pense à toi. C'est sans doute encore trop frais, même si cela fait plus de deux mois que nous ne nous sommes pas vues. Je crois que je n'ai presque plus de haine. Je crois. En fait j'éprouve une profonde tristesse à l'idée de tout ce que nous allons manquer. Tes premiers pas, tes premiers mots, ton premier anniversaire ou ton premier Noël. C'est ça qui me flingue. Je ne sais pas pourquoi je me mets à subitement me replonger dans ces souvenirs, le jour où j'ai vu "une photo" de toi pour la toute première fois, "E ~"

Aujourd’hui, peut être à cause de ce silence environnant, je pense à toi.
C’est sans doute encore trop frais, même si cela fait plus de deux mois que nous ne nous sommes pas vues.
Je crois que je n’ai presque plus de haine. Je crois. En fait j’éprouve une profonde tristesse à l’idée de tout ce que nous allons manquer.
Tes premiers pas, tes premiers mots, ton premier anniversaire ou ton premier Noël.

C’est ça qui me flingue.

Je ne sais pas pourquoi je me mets à subitement me replonger dans ces souvenirs, le jour où j’ai vu "une photo" de toi pour la toute première fois, les coups de pieds incessants qui me faisaient tant rigoler, et puis surtout notre première rencontre.
Ce sentiment je me souviens ne l’avoir éprouvé que très rarement dans ma vie, notamment le jour où j’ai vu mon frère pour la première fois.

J’étais émue.

C’était un moment merveilleux. Suspendu dans le temps. Et dans un silence où planait toute mon admiration pour toi, tu m’as attrapé la main. J’ai essayé tant bien que mal de ne pas verser de larmes sur ton petit visage, et c’est à cet instant précis que tu m’as regardé.
Un regard long, persistant, et même si je sais pertinemment que tu ne me voyais pas, tu pouvais sentir ma présence et ma bienveillance.

Aujourd’hui je n’ai plus que cela.
Tu ne sauras peut être jamais qui je suis, mais malgré tout, et je sais que je me fais du mal, je garde quand même l’espoir de te revoir un jour.

Aussi loin et inconnue que je sois, ces mots et cet amour sont pour toi.

]]>
2019-08-17T16:38:03+02:00
https://michan.journalintime.com/A-toi À toi, "[...] La haine les éloigne." À la lecture de tes messages, mon coeur était au bord de l'implosion. Comment est-ce possible ? Après toutes ces années je pensais que le seuil de violence avait déjà atteint son maximum.Je me trompais. Je pensais que tu avais des limites, qu'il te restait tout de même une part de raison. Encore une fois je me trompais. Plus j’en apprend sur toi et plus je suis écoeurée. Tu ne mérites pas d'être une femme, encore moins d’être mère. Mère. Car oui, le pire dans toute cette histoire c'est que dorénavant tu as un enfant. Un petit être qui "[...] La haine les éloigne."

À la lecture de tes messages, mon coeur était au bord de l’implosion.
Comment est-ce possible ?

Après toutes ces années je pensais que le seuil de violence avait déjà atteint son maximum.Je me trompais.

Je pensais que tu avais des limites, qu’il te restait tout de même une part de raison. Encore une fois je me trompais.
Plus j’en apprend sur toi et plus je suis écoeurée.
Tu ne mérites pas d’être une femme, encore moins d’être mère.

Mère.
Car oui, le pire dans toute cette histoire c’est que dorénavant tu as un enfant. Un petit être qui n’a rien demandé et qui doit subir en permanence cette instabilité, l’alcoolisme de ses "parents" avant même d’avoir prononcé son premier mot, la violence verbale et peut être même physique qu’ils s’infligent quotidiennement.

Je suis dépassée.

J’ai mal parce que je ne la verrai pas grandir. Je me demande si un jour toute cette histoire prendra fin.
Le seul point positif dans tout cela, c’est que malgré la tempête et toute cette avalanche de haine, nous avons renforcé nos liens. Nous sommes plus forts, et déterminés à vivre heureux de notre côté.

C’est lourd de conséquences.
C’est un choix très difficile.
Mais qu’est-ce qu’il nous reste comme solution ?

C’est "drôle" car il y a quelques mois j’ai déjà écris quelques lignes sur toi, et ces mots plus particulièrement :

"Un matin tu te réveilleras avec ce déclic. Tu te rendras compte que tu as tout perdu [...]"

Hier soir j’ai eu la plus affreuse des pensées.

Ce très long chapitre n’a plus rien à te raconter.

]]>
2019-07-21T23:29:35+02:00