Tout est si fragile.

← Retour au journal

mars 2018

Pensées nocturnes [...]

À toi, ô merveilleux songe, Rien à faire, ce combat ne s'est jamais arrêté. Il faut sans cesse que ce fantôme revienne. Je ne sais pas comment l'interpréter. Suis-je dans le déni ? L'acceptation ? La culpabilité peut-être ? Quoi que je fasse, les rêves sont de plus en plus fréquents. Sans doute parce que je suis en plein désarroi, que les choses sont en train d'évoluer alors je me tourne vers quelque chose de familier et d'ancien ? Si c'est le cas c'est un peu triste. Moi qui prône sans cesse qu'il faut aller de l'avant. Je crois que je me suis perdue en chemin [...] En (...)

"Behind blue eyes [...]"

"tombe, petite goutte." Le soir est toujours propice à la méditation. À l'instant même où je m'allonge, des milliers de choses m'assaillent. Et ce soir je pense à vous. C'est quelque chose que je n'ai jamais évoqué ici, ni même verbalement, car non seulement je ne m'en sentais pas capable, mais aussi parce qu'au fond de moi j'ai encore beaucoup de mal à y croire. Comme à mon habitude je vais rester évasive, mais c'est suffisant pour que je me comprenne. Même dans quelques années. Je pense donc à vous. Je me demande ce que vous faites dans la vie, si vous avez une famille, (...)

"Rêve Phénix."

"Les rires éclatent mieux lorsque la nourriture est bonne." Aujourd'hui un rêve trop longtemps mit de côté a surgit à nouveau. Lorsque j'entendis cette musique si chère à mes yeux je ressentis un long frisson, comme si quelque chose qui était éteint depuis tellement longtemps c'était soudainement réveillé. Je me suis approchée de leur stand, nerveuse et en même temps euphorique. C'était merveilleux. Ils avaient emmené avec eux toute leur joie, culture et art de vivre. L'espace d'une seconde j'étais là bas. Il me suffisait de fermer les yeux pour m'imaginer courir dans (...)